temoignage maman louve introverti

Le séjour à la maternité

Il s’est très mal passé. La maternité Jeanne de Flandres étant labellisée « Hôpital Ami des Bébés » je pensais être guidée… Alors oui je l’ai été mais j’étais déchiré dans 10 000 directions différentes. Selon les sage-femmes vous avez différents conseils. Certaines s’y connaissent et d’autres… En on rien a ciré de vous. 

Les premières 24H on vous laisse tranquille. Ensuite on arrête pas de vous demander quand bébé tête et gare à vous si vous respectez pas les 3H ! Le mien était réglé comme une horloge suisse (Ouf !) sauf le soir ! Et j’avais beau dire qu’entre 20H et 22h il avait fait que ça, on me demandait quand même un horaire précis ! Tout ça pour rentrer dans leur fichue case de leur tableau. Au bout du 3e jour je mitonnais sur les heures car ça m’énervait. 

Ensuite les crevasses sont arrivées… Evidemment ! On me disait d’appeler dés qu’il voulait téter pour qu’elle vérifie la prise au sein sauf qu’elles arrivaient toujours 1h après ! Tombant un weekend de jour férié ce n’est certainement pas leur faute mais mon problème n’a donc jamais été diagnostiqué. 

La galère pour courir chercher de la lanoline qu’on m’a conseillé, ensuite on m’a dit cataplasme de lait maternel. Mon allaitement se faisait dans la douleur. En plus de cela, mon bébé s’endormait au sein dû à sa prématurité. 


Vous la voyez cette prise au sein pas terrible ? Et cette toute petit bouche ? 

Me rappelant quelque passage du livre [L’art de l’allaitement maternel*] j’ai donc, de ma propre initiative, demander une pipette-dal. Approuvé par certaines, désapprouvées par celles qui n’y connaissaient rien. A la fin j’utilisais cette méthode car mes crevasses m’empêchaient d’allaiter. Aucune solution de guérison ne fonctionnait. 

Passage très difficile également lors de ma montée de lait, j’avais les seins très très durs, très très énormes, j’avais mal, ma tête tournait j’avais chaud… La SF arrive une heure après mon appel et là elle me sort « bah c’est juste votre montée de lait, c’est normal ». Et sinon tu peux vérifier ma tension ? Et me parler autrement ? Elle était très froide, à partir de ce moment là je ne l’ai plus jamais appelé. Elle est repartie en deux secondes… Et en plus non, avec des briques à la place des seins ce n’est pas normal et peux même entraîner une mastite ! Alors les filles hésitez pas à extraire votre lait manuellement (histoire de pas stimuler plus que nécessaire éviter le tire lait) 

Je passais mes journées dans l’angoisse en espérant que la SF que je n’aimais pas ne passe pas pendant que j’allaitais ou que j’utilisais la pipette dal. Toute les 3h le stress montait, j’avais peur, je pleurais. Je voulais que mon bébé dorme tout le temps. Et j’attendais le dernier passage avant la nuit avec impatience. 

Les nuits étaient pourtant bien chaotique, mais ça c’est sûrement valable pour toute les mamans [Merci les hormones !] Passer ses deux premières nuits seules n’est pas évident non plus… Mais mon mari avait de bonnes raisons ! 

Et le matin arrivait avec passage de la pédiatre qui me félicitait, et qui me disait que j’avais bien fait de demander cela car sans ça mon bébé n’aurait pas eu cette belle prise de poids [belle remontée dés le 3e jour] et que s’il n’était pas préma j’aurais pu sortir bien avant le 5e jour. 

Ceci dit mes crevasses étaient toujours là et c’est seulement la veille de la sortie, dans la nuit, que je rencontrais une nouvelle SF, toute gentille qui me conseilla les bouts de seins. [J’ai su bien après qu’il pouvait y avoir une confusion sein/tétine] Le jour de la sortie ont me dit d’attendre une tétée pour m’expliquer le fonctionnement, sauf que bébé dort… On attend, on attend… Et le personnel passe tout les deux minutes demander quand est ce qu’on part. Arrivé 13H, une auxiliaire m’explique vite fait et me dit qu’elle repassera au moment de la tétée mais on voit le personnel attendre devant notre porte, à faire des voie basses. On remballe tout et je me dis que je me casse car ils me soûlent tous. Si j’avais su, on serait parti depuis 10H. 


Le retour à la maison

Ces bouts de seins sont une révélation et me font revivre. Ceci dit ma SF qui me suivait pendant la grossesse et à mon retour me conseille de les enlever progressivement. Mes crevasses guérissent mais j’ai toujours mal à la prise au sein, je prend finalement contacte avec la conseillère IBCLC de la maternité (que j’avais initialement refusé car je pensais que ce serait comme avec les SF…) 

Et là elle me montre que je le positionne mal, et la douleur s’en va. Elle fut présente au début un certain temps mais c’est tout. Depuis ce jour je n’ai plus remis les bouts de sein. 

Mais mes péripéties ne s’arrêtent pas là… 

Durant mon séjour, je note également un REF… Un REF qui m’inonde dès que je sors, qui fait s’étouffer mon bébé, qui l’a fait régurgiter des énormes quantités de lait. Quand j’allaite je dois faire 10 000 pauses pour faire ses rots (oui encore aujourd’hui…) et c’est tellement fatigant même pour lui… J’ai essayé différentes méthodes, notamment la position BN [biological Nurturing] mais il ne voulait téter qu’en madone inversée. Souvent je tirais le début de mon lait, ou j’exprimais manuellement. J’arrosais tout autour de moi, mon lait sortait en étoile ! 

Heureusement que la canicule était là car je passais ma journée en soutien gorge. Et je mettais un haut que pour mes sorties chez la SF. 

Voyant que mon bébé allait mal, j’ai voulu arrêter tellement de fois… Et à chaque fois je me disais que je n’avais pas fait tout ces jours pour rien, que je m’étais pas battu pour finalement arrêter. Alors je continuais. Jour après jour. Et depuis ses 3/4 mois cela va beaucoup mieux, excepté pour les reflux qui reviennent par période. 

Mais qu’est ce que j’en suis fière de cet allaitement. Surtout quand je vois les soucis avec les laits artificiels aujourd’hui. Je vois moins les gens, j’ai pas de temps pour moi mais ça ne me dérange pas du tout. J’ai un bébé qui a besoin de moi énormément. Il grandit grâce à moi, il guérit grâce à moi. (oui le lait guérit tout les petits bobos qu’il peut se faire avec ses ongles, et ca lui fournit plein d’anticorps ? ) Je me sens pas terrible comme maman, mais grâce à l’allaitement je me sens utile, indispensable.

Nancy

INSTAMUM : @maman_louve_introvertie
BLOG : mamanlouveintrovertie59




One thought on “Témoignage Nancy

  1. Bonjour,
    C’est un très beau témoignage! Je vous trouve tellement courageuse, cela donne de l’espoir et de la force à toutes celles qui souhaitent se battre pour maintenir ce lien, ce nourrissage.
    Je crois au contraire que vous êtes une maman terrible !! ?❤

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *