allaitement et transmission

L’allaitement c’est instinctif il paraît. Mais généralement on reproduit ce que l’on voit.

Et moi? Et  toi?

Ce que l’on m’a transmis
Autour de moi
Avant de me lancer dans ma propre aventure lactée, j’ai regardé autour de moi. Dans mon entourage direct, il y a ma mère bien entendu. Elle m’a allaitée environ deux/trois mois. Et elle n’a pas eu le droit d’allaiter mon frère, car une hépatite lui a été diagnostiquée entre temps (encore une mauvaise information…). Mes cousines, ou autres personnes plus ou moins éloignées, ont également allaité leurs enfants environ trois mois. Et puis c’est tout. Quand allaitement il y avait, la norme c’était « jusqu’à la reprise du boulot ! »

Du côté de mon compagnon
Mon homme est entré dans ma vie. Quand on s’est projeté avec un futur enfant, pour lui c’était primordial que j’allaite. Au moins deux, voire trois ans! Moi, j’étais abasourdie… Deux, trois ans… Je n’avais jamais entendu ça! Je ne pensais même pas cela possible! Dans ma tête tout était chamboulé! « Mais on ne bosse pas alors?… C’est obligatoire de rester à la maison… Sans compter que deux ans, ça fait des grands bébés ! »
Bref, vous voyez, tout mon « modèle » était à remettre en question… Il était clair qu’on n’avait pas été élevés avec la même vision! Normal, lui, il a été allaité plus de deux ans! Et il a encore vu son frère, accro du tété, pendant trois ans. Normal quoi!

Je n’y croyais même pas, avant de demander confirmation à sa mère d’ailleurs… Il est donc, fervent défenseur du modèle qui l’a vu grandir !

Avant même de concrètement se lancer dans l’aventure d’avoir des enfants, j’ai donc questionné ma belle mère :
« Comment ça se passe? »
« Tu travaillais, où tu étais à la maison ? »
« Et les dents ? »
« Et tu avais toujours du lait ? » Etc.

Voilà pour le « avant » d’être maman!
Je n’étais pas bien sûre de combien de temps j’allaiterai, mais j’allaiterai! ; Déjà parce que c’est le meilleur ! Et on le fera tant que ça ira.

Finalement …
Une fois l’aventure lactée entamée, mon intérêt a trouver du soutien s’est considérablement accru! Aussi, j’avais besoin d’entendre de belles choses autour de l’allaitement. Ma belle-mère a toujours été top niveau conseils : » Repose toi bien. Allaiter couchée c’est vraiment le mieux c’est ce que je faisais ! »,  » Pense à bien t’hydrater”, “Écoute toi », “Aie confiance en vous » et j’en passe.
Mon homme, en digne « héritier », a été un soutien sans faille dans les moments compliqués. Les premiers mois, je discutais allaitement avec mes cousines, mais elles ont arrêté et moi j’ai continué ! La compagne d’un de mes cousins n’a pas non plus écourté leur allaitement, cela nous a considérablement rapprochées ! Ma belle mère était toujours d’aussi bon soutien (plus que ma mère d’ailleurs…). Et j’ai découvert que parmi mes collègues, deux d’entre elles n’ont pas écouté leurs allaitements! Comme j’étais aux anges, vraiment ! L’une a d’ailleurs allaité plus de neufs ans cumulés! Du jamais entendu avant pour moi! Encore un bel exemple de plus à suivre qui prenait place dans mon nouveau schéma de normalité ! J’étais ravie de pouvoir discuter allaitement avec elles quand j’avais des soucis d’engorgement ou autre au travail.

C’est aussi cela transmettre et échanger! Au final, elles n’en avaient simplement jamais parlé au travail, car les autres concernées avaient toutes écourté leur allaitement…

Allaitement sous influence…
Allaitement maternel ou biberon ? C’est une question d’influence. Les lobbies et leurs publicités (car bon, on ne voit pas de publicité pour l’allaitement, soyons honnêtes) mais aussi les exemples de notre entourage. Depuis notre plus tendre enfance, nous sommes, pour la majorité (et ça a été mon cas), conditionnés à l’image du biberon et non de l’allaitement. À commencer par le jeu. J’ai biberonné et non allaité mes poupées ! Et c’est le cas de la majorité des enfants aujourd’hui. D’ailleurs, le biberon de poupon est souvent vendu dans la panoplie de « parfaites petites mamans »…

En revanche, ma fille, allaite son poupon, ses peluches et ses poupées ! Elle a toujours connu l’allaitement, et même si elle a côtoyé des enfants biberonnés à la crèche, c’est ce qui lui semble naturel. Et c’est tellement chou…! (Certes, je ne suis pas objective…)

Un devoir de transmettre
Transmettre, passe par la normalisation de l’allaitement et inversement, la normalisation de l’allaitement passe par la transmission. Bah oui, tu veux que ça paraisse normal à la prochaine génération ? Montre l’exemple ! Mais, il est clair que comme ce n’est pas encore de l’ordre du « normal » pour tout le monde, certaines personnes préfèrent se cacher (même si cela dessert la normalisation… On est d’accord.) Mais quoi de plus naturel ? Après tout, nous sommes des mammifères ! Ce mot veut tout dire!

Et ailleurs
Il n’en va bien entendu pas de même partout. En Amérique latine, comme au Brésil par exemple, l’allaitement est la norme jusqu’à 6 mois au moins. Les autorités sont très sévères concernant les laits infantiles; toute publicité est notamment interdite. Forcément, les enfants vont grandir avec une image bien différente de celle que nous avons ici. Ce n’est bien entendu, qu’un exemple parmi d’autres!

Après tout, Allaiter, c’est les racines de la vie; la toute première nourriture, créée par la nature pour être ingérée lors de notre arrivée sur terre, en lien avec notre nature primaire de mammifères ! Il est donc primordial de transmettre ça, non?

Léa

INSTAMUM : @mamembellie

BLOG : mamembellie.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *